Arrêtons de nous parler, envoyons nous des mails !

 

A l’heure de la communication digitale la pertinence et l’efficacité d’un prise de parole réside dans notre capacité à y intégrer une part d’émotion et de sensibilité.

Que vous soyez managers, dirigeants, enseignants, commerciaux vous êtes-vous déjà posé la question suivante :

En 2019 qu’est ce qui donne de la valeur et de l’efficacité à ma prise de parole ?

La question revient à se demander qu’est-ce que j’ai de plus qu’un mail quand je communique oralement avec les autres ?

Les outils numériques se chargent très bien d’envoyer des informations dans l’espace. Ils sont fiables, rapides, puissants, accessibles. Parfait pour délivrer les informations nécessaires au bon fonctionnement des organisations.

Que nous reste-t-il alors à nous pauvres humains ?

Et bien nous !

Nous, espèce vivante sur terre la plus performante pour interagir finement avec les autres bien au-delà des mots !

Nous en tant qu’individus sensibles, singuliers.

Nous, dotés de deux sources d’énergies nous permettant de décider et d’agir :

Notre raison et nos émotions.

Une parole qui aujourd’hui ne comporte pas sa part d’humanité ne présente aucune valeur ajoutée.

A l’inverse dès qu’elle inclue cette dimension humaine, que le propos s’incarne c’est-à-dire qu’il implique, outre notre intellect,  notre corps, nos émotions, notre singularité alors les informations délivrées bénéficient d’un extraordinaire effet de levier : les messages sont transmis mais surtout ils portent, ils touchent, ils font réagir.

Ils sont favorables à l’échange et à l’ouverture du dialogue.

Là où une prise de parole froide, purement informative suscite le repli et le silence !

Peter Drucker avait pressentie ce qui se réalise aujourd’hui dans les organisations :

« Celles-ci peuvent de moins en en moins fonctionner sur la coercition. Seule la confiance peut engendrer de la performance. Cela ne signifie pas nécessairement que les personnes s’apprécient mutuellement mais qu’elles se comprennent. »

Il est donc urgent que chacun d’entre nous apprenne à incarner ses propos, seule façon moderne de susciter des échanges, de la compréhension mutuelle et de la performance.