formation à la prise de parole

Les 9 erreurs les plus fréquentes de la prise de parole en public : partie 1

Publié le 21 septembre 2020

Découvrez le premier d’une série de 3 articles sur les erreurs les plus fréquentes de la prise de parole en public.

Erreur n°1 : Ne pas de préparer

Lors de nos formations à la prise de parole en public, nous entendons souvent :

« Moi je préfère ne pas préparer mes interventions orales comme ça je garde ma spontanéité et je suis plus naturel. »

Je vais me permettre d’être très direct : en réalité si certaines personnes ne préparent pas leurs interventions orales, c’est surtout parce qu’elles ont peur de prendre la parole devant une assemblée. Elles éloignent donc tout ce qui peut les rapprocher de cette perspective. Ainsi la préparation fait les frais de cette posture défensive.

Cela revient à craindre de sauter en parachute et se dire qu’en supprimant l’entrainement au moins on ne souffrira qu’une seule fois !

Préparer c’est :

  • Renforcer la connaissance de son sujet de fond = + de confort
  • Améliorer la fluidité de notre présentation = + d’impact sur nos interlocuteurs
  • Mémoriser la plupart des informations que nous voulons délivrer = nos interlocuteurs perçoivent de l’assurance chez nous
  • Vérifier la pertinence de nos supports et leur bon fonctionnement = pas de mauvaises surprises ou de problèmes techniques à gérer

Je pourrais étirer la liste encore longtemps ! Il n’y a en fait que des avantages à préparer ses interventions orales.

Et pour moi le plus grand de tous ces avantages est le suivant :

Lorsque nous maitrisons à la fois le fond et la forme de notre prise de parole parce que nous l’avons préparée et répétée, nous pouvons pleinement nous consacrer à nos interlocuteurs. Susciter des échanges avec eux, nous enrichir de leurs retours, ouvrir un espace de dialogue partagé. Et dans cette espace vous aurez tout le loisir de laisser parler votre spontanéité et votre nature…

formation à la prise de parole

ERREUR N°2 : Dépersonnaliser sa parole

L’idée demeure encore chez certains que parler en public dans un cadre professionnel c’est nécessairement se tenir personnellement en dehors de cette parole. L’idée d’une parole froide, rationnelle, objective : un professionnel digne de ce nom parle mais ne s’inclue pas dans sa parole.  Il surinvestit la sphère rationnelle et délaisse le champ émotionnel car trop…personnel.

Oui, mais souvenez-vous de ces professeurs qui adoptaient ce principe durant vos années de collège ou de Lycée… à périr d’ennui, non ?

A l’inverse, vous avez sûrement le souvenir d’un professeur qui vous a marqué même si sa matière n’était pas votre préférée.  Il ou elle s’impliquait dans sa parole. Ce qui était passionnant c’est qu’il était passionné, qu’il vous le disait et vous le faisait sentir. Et cela changeait tout.

Alors lorsque vous préparez vos interventions orales, demandez-vous ce qui vous accroche ou vous intéresse le plus dans ce que vous allez dire et dites-le ! Comment ? En utilisant le « je ».

L’utilisation du « je » vous amène instantanément à vous approprier vos propos en vous en rapprochant.

Cela donnera de la personnalité à vos interventions orales. Vos interlocuteurs entendront votre point de vue personnel sur le sujet présenté et cela les amènera sans doute à réagir et à échanger avec vous.

Erreur n°3 : Penser que prendre la parole c’est la garder !

L’exercice s’appelle : prendre la parole en public. Alors je la prends, je la garde et je parle, je parle, je parle, je parle…

Au risque de noyer nos interlocuteurs et de les faire décrocher.

Au contraire, de temps en temps je vous propose de « rendre » la parole à votre auditoire en posant un silence au bout de votre phrase.

Pendant ce moment vous restez pleinement actif.

Vous cessez de produire de la parole et vous prenez le temps d’écouter ce que votre propos produit sur vos interlocuteurs. Vous passez donc de la parole à l’écoute. Les deux font partie intégrante de votre communication orale. Bref, vous créez les conditions du dialogue car votre auditoire bénéficie alors de plus de temps pour recevoir et comprendre votre message. Il se sent activement sollicité et vous maintenez son attention en éveil. Finalement un bon orateur est celui ou celle qui sait « prendre » la parole bien sûr, mais également… la « laisser » !


Formation à la prise de parole, LS Formation vous accompagne avec une approche unique ! Ne subissez plus vos prises de paroles !

Partager :

à lire aussi