formation à la prise de parole en public

Les 9 erreurs les plus fréquentes de la prise de parole en public : partie 2

Publié le 21 septembre 2020

Découvrez la suite de notre série sur les erreurs les plus fréquentes de la prise de parole. Il intervient dans dans le cadre de notre formation à la prise de parole en public. Si vous avez raté la première partie, nous vous invitons à la consulter.

ERREUR N°4 : NE PAS DE PRÉPARER

Illustrer son intervention orale est une excellente idée pour maintenir l’attention et l’intérêt de ses interlocuteurs. Mais le mot « support » doit vous alerter : vos slides sont un complément de votre présentation.

Quelle qu’en soit la qualité, votre support n’a pas vocation à vous remplacer. La clé d’efficacité de votre présentation, c’est vous un point c’est tout !

Se rassurer en se disant : « c’est bon, je suis tranquille j’ai mon support de présentation » c’est faire fausse route et se tromper d’exercice. Si l’impact de votre présentation orale repose sur vos supports, pas la peine de vous déplacer, envoyez-les par mail et restez au chaud chez vous…

Une bonne présentation est donc celle qui ne vous vole pas la vedette et qui vous pousse à rester actif et en interaction avec votre auditoire.

Si tout est écrit sur le slide, eh bien vous pouvez vous taire et nous laisser lire… nous n’avons pas besoin de vous ! Il faut donc que les informations présentes sur votre slide nécessitent des commentaires et/ou des éclaircissements de votre part pour faire sens.

Je me souviens d’étudiants en immobilier que nous avons accompagnés lors d’un business game.

La règle du jeu : préparer une vidéo décrivant leur projet de réaménagement d’un quartier, vidéo projetée en direct devant des spectateurs et un jury, suivie d’un échange sous forme de questions/réponses. Toutes les équipes ont présenté oralement leur proposition, se limitant à évoquer le plaisir qu’ils avaient eu à mener ce projet avant de lancer la projection. On sentait bien que dans leur esprit le clou du travail était la vidéo.

Mais une équipe a pris un autre chemin. Avant de lancer leur vidéo de présentation, une jeune femme de l’équipe a proposé aux spectateurs de fermer les yeux et de partir en promenade avec elle à travers le quartier telle que son équipe l’avait imaginé. De sa voix, elle décrivait les aménagements réalisés, les bâtiments redessinés, les transports en commun repensés et l’atmosphère qui se dégageaient de ces lieux. Puis la promenade mentale terminée, elle a lancé la vidéo.

Celle-ci n’était là que pour cristalliser tout ce qui avait été partagé pendant ce « voyage » oral. Je vous laisse deviner le classement de cette équipe lors de ce business game…

Erreur n°5 : Vouloir cacher son stress et ses émotions

Cette erreur est souvent la plus fréquente et la plus dommageable. C’est également la moins blâmable. Pendant des années (et encore aujourd’hui) les solutions pour contenir son stress lors de des prises de parole relevaient d’injonctions magiques, de trucs et astuces qui répondaient tous à une logique de dissimulation : vous êtes stressé lorsque vous prenez la parole ? Souriez et faites comme si vous ne l’étiez pas ! Vous verrez c’est magique votre stress disparaitra…

Disparaitront en même temps :  vous, votre tempérament et tout ce qui fait votre personnalité, ai-je envie de dire !

C’est évidemment une stratégie passéiste qui ne colle plus aux enjeux actuels de la prise de parole.

Les connaissances scientifiques sur le sujet permettent d’affirmer qu’il ne faut en aucun cas nier ses émotions pour en reprendre la maîtrise ! Sous peine de devenir un émetteur désincarné et sans impact sur son auditoire… L’accueil de ses émotions, la capacité à les utiliser en les laissant circuler est une approche beaucoup plus pertinente. Elle vous permettra de conserver la vitalité de vos propos et d’embarquer plus certainement votre auditoire.

formation à la prise de parole en public

ERREUR N°6 : Flotter, s’agiter sous prétexte de vouloir être dans le mouvement

Combien de fois, on entend : « Bougez ! Déplacez-vous ! Marchez ! Tout cela donnera du dynamisme à votre intervention ! »

Et le mal de mer !

Encore et toujours cette logique de « donner l’impression » et de simuler une aisance en agissant de façon stéréotypée.

Oui, quelqu’un qui se déplace avec aisance renvoie l’image d’une personne affirmée et sûre d’elle. Mais c’est avant tout parce que cette personne est déjà à l’aise !

La fluidité de son déplacement est la conséquence de son aisance.

« Bougez ! Déplacez-vous !… » :  c’est traiter le problème à l’envers et courir à l’échec.

Non il n’est pas obligatoire de vous déplacer lors de vos prises de parole surtout si cela vous complique la vie. Le mouvement est intérieur ! Oui, pas évident à comprendre au premier abord… Essayez : Posez-vous bien sur vos deux pieds, bien ancré au sol et tendez votre regard vers votre auditoire.

Le dynamisme et votre impact se trouve dans vos mots, à l’intérieur même de votre propos. Regardez Blanche Gardin ! Vous la trouvez molle ? Peu sûre d’elle ? Pourtant elle ne quitte pas sa position du début à la fin de ses sketches ! Elle est connectée à son propos qu’elle porte vers son auditoire et cela lui permet d’avoir un impact maximal.


Formation à la prise de parole en public, LS Formation vous accompagne avec une approche unique basée sur des exercices du théâtre.

Partager :

à lire aussi